Perce-oreilles

Les perce-oreilles, ou forficules, mesurent de 1 cm à 2 cm de long lorsqu’ils sont adultes. Leur corps est couvert d’une carapace ou cuticule, brun roux brillant. L’abdomen est souvent plus foncé que la tête et le thorax. De forme très allongée, les perce-oreilles possèdent deux longues antennes et une paire de pièces buccales de type « broyeur ». Ils sont munis de petites ailes qu’ils n’utilisent pratiquement pas, sauf pour planer. Les jeunes ressemblent aux adultes, mais ils sont plus clairs et aptères (sans ailes).

Développement et moeurs

Les perce-oreilles sont lucifuges : ils fuient la lumière. Le jour, ils passent la plupart de leur temps dans les crevasses du sol, sous les écorces de bois mort, dans le creux des fleurs ou entre les pétales de grosses fleurs. La nuit, ils sortent et partent à la recherche de nourriture.

Après l’accouplement qui s’effectue en été, les femelles pondent des œufs. Les larves donneront des adultes quelques mois plus tard. Les femelles semblent prendre soin des petits. Aux premiers froids et gelées d’automne (vers octobre), les forficules s’enfouissent dans le sol pour hiberner. La plupart des perce-oreilles mâles meurent en hiver, alors que les femelles de l’année y survivent. Un mois plus tard environ, celles-ci creusent une petite loge (terrier), s’y isolent et pondent quelques dizaines d’œufs blancs, arrondis et translucides (une soixantaine au maximum). Vers la mi-mai, les larves de perce-oreilles éclosent. Les femelles s’occupent de leurs œufs et de leurs larves avec un soin attentif, jusqu’à la dernière des quatre mues que subissent les larves. À ce stade, ils ressemblent aux adultes, mais sont plus petits et sans ailes. Les jeunes adultes sortent généralement en juillet. Ils demeurent actifs jusqu’aux premiers gels.

Les perce-oreilles sont souvent considérés comme des auxiliaires du jardinier, parce que grands consommateurs d’insectes dits « nuisibles » ou « ravageurs ». Ils consomment aussi des végétaux très mûrs ou en début de décomposition.

Les perce-oreilles deviennent problématiques lorsqu’ils infestent les meubles de jardin et les patios, ou quand ils pénètrent à l’intérieur des structures des bâtiments par les ouvertures d’aération dans les murs de brique, requérant alors une intervention intérieure et extérieure.

Recommandations

  • Éviter de placer du paillis dans les plates-bandes près de la maison.
  • Secouer vigoureusement et bien inspecter les plantes avant de les entrer dans la maison.
  • Éliminer les débris et la matière organique en décomposition.
  • Empiler le bois loin de la maison.
  • Au printemps, travailler le sol par temps chaud et sec pour déranger les perce-oreilles adultes et détruire les œufs et les larves en les exposant au soleil.

Communiquez avec nous pour vous prémunir contre les désagréments causés par les perce-oreilles à l’aide d’un plan d’intervention ciblé et sécuritaire mis en place par notre équipe d’exterminateurs.